Une décision définitive devrait être prise début 2022

© Legoland

© Legoland

Le projet de parc d'attractions Legoland sur l'ancien site de Caterpillar à Gosselies (Charleroi) est sur la bonne voie. Après avoir examiné plusieurs options, le groupe britannique de parcs de divertissements Merlin Entertainments a officiellement confirmé étudier l'implantation d'un parc d'attractions Legoland sur le site de Gosselies. Une décision définitive devrait être prise début 2022.

Après l’échec de la reprise du site par le constructeur chinois de voitures électriques Thunder Power, le dossier Legoland va dans la bonne direction. Les contacts sont bons avec le groupe britannique, propriétaire des parcs Legoland.

A la suite d’une étude de faisabilité concluante, la Sogepa (société wallonne de gestion et de participations) et le ministère wallon de l'économie ont continué à travailler, en étroite collaboration avec Merlin Entertainments. La date de 2026 pour l'ouverture est même avancée. Au cours des derniers mois, un business plan détaillé a été élaboré par la société et la Région a lancé des études de sols.

Merlin est prêt à mettre 100 millions d’euros sur la table. L’ensemble du projet est estimé à 300 millions. Le groupe espère lever 200 millions auprès d’investisseurs. Il n’est pas non plus exclu que la Région injecte dans le projet 50 millions.

L'usine du fabricant américain de machines de construction Caterpillar de Gosselies a fermé ses portes il y a 6 ans. Provocant une catastrophe sociale, entraînant des milliers d'emplois. Le projet, annoncé en grande pompe il y a 4 ans de Thunder Power pour reprendre le site, ne s'est jamais vraiment concrétisé dans les faits.

Amazon, Apple, Tesla ou encore Nexans ont eux aussi marqué leur intérêt pour le site de 100 hectares de Caterpillar, mais rien de concret n'a jamais été finalisé. 

Merlin Entertainments cherche à développer un nouveau parc Legoland avec des attractions, des hôtels et des restaurants dans le centre de l’Europe et a besoin d’une surface de 100 hectares. C’est justement la taille (à quelques hectares près) du site de Caterpillar. La proximité de l’aéroport de Charleroi, le réseau autoroutier et ferroviaire ainsi que la disponibilité de main-d’œuvre sont sans nul doute des atouts majeurs. Le projet pourrait créer 1400 emplois, dont 800 directs la première année.

Les plans à l’étude envisagent l’implantation du parc et des hôtels sur les deux tiers du site, soit 70 hectares. La partie restante d'environ 26 hectares est considérée comme une éventuelle zone d'expansion ou une zone verte. 

Le gouvernement wallon continue toutefois à étudier toutes les possibilités tant qu'aucun projet n'est définitivement sécurisé. Legoland reste cependant la piste la plus sérieuse et la plus avancée. 

© 2021 WW

Ancien site de Caterpillar à Gosselies © WW

Ancien site de Caterpillar à Gosselies © WW

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :