Il n'y aura plus de dauphin à la réouverture du site

© CAZ

© CAZ

La direction du Parc Astérix a décidé de fermer définitivement son delphinarium. Cette décision repose sur la volonté du parc de se concentrer sur son activité historique de parc d’attractions.

Depuis des années, des associations et des ONG réclament la fin de la captivité et de l'élevage pour les animaux sauvages, dans les parcs d'attractions, comme dans les cirques. En 2017, Ségolène Royal, alors ministre de l'Ecologie, avait pris un arrêté pour interdire la reproduction des dauphins en captivité, signant à moyen terme la fin des delphinariums. Si la décision avait été cassée par le Conseil d'Etat, elle n'a pas été enterrée. Une loi contre la maltraitance animale sera débattue dans les prochains jours à l'Assemblée Nationale.

Les dauphins et les otaries du Parc Astérix vont rejoindre d'autres delphinariums en Europe. C'est la solution, élaborée avec l'Association Européenne des Mammifères Aquatiques, qui est apparue la meilleure pour leur assurer de bonnes conditions de vie. La réintroduction en milieu naturel est impossible pour ces animaux élevés en captivité. Les sanctuaires marins sont seulement à l'état de projets.

Le Parc Astérix a travaillé et échangé durant près de quatre ans avec les ONG et les experts scientifiques pour disposer d’une visibilité claire et documentée quant aux meilleures solutions futures selon les critères suivants : adaptés aux dauphins, nés en bassin ou y vivant depuis près de 30 ans ; scientifiquement éprouvées quant aux installations, aux soins et au personnel ; économiquement solides, donc dotés de financement à longs termes et de toutes les autorisations administratives sur plusieurs années.

Le transfert aura lieu dans les deux mois à venir. Le Parc Astérix a choisi de tenir confidentiel les destinations futures des dauphins et les dates de transfert afin d’assurer la sérénité des personnels en charge de ces transports et la fluidité des convois pour minimiser les risques lors de ce moment sensible en remplissant toutes les conditions et obligations nécessaires. Il n'y aura théoriquement plus aucun cétacé à la réouverture du parc, normalement programmée pour le 3 avril.

Cependant, les premières évaluations vétérinaires permettant l’accord de transport par les services de l’Etat, demandent à être approfondies concernant un dauphin, Femke. Agée de 39 ans et souffrant, depuis plusieurs années, d’une maladie neurovégétative (Syndrome de Cushing), son état de santé actuel s’est dégradé ces dernières semaines, en lien avec l’évolution de sa maladie. Le Parc Astérix suivra les indications des vétérinaires avant de prendre toute décision concernant son avenir au parc et au sein de son futur site d’accueil.

Les 10 salariés du delphinarium disposent tous aujourd’hui de solutions d’avenir professionnel choisies et sécurisées : sept restent au Parc Astérix, au sein d’autres services / activités ; un a choisi de se réorienter via une formation diplômante financée par le parc ; deux ont souhaité quitter le parc pour mener des projets personnels.

L'amphithéâtre en plein air de 2 000 places qui faisait office de delphinarium sera adapté et conservé, pour y proposer un nouveau spectacle. 

© 2021 WW / PA

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :