Les ambitions du parc de loisirs contrariées par une association 

© Vulcania

© Vulcania

L'association PDDNE, qui était déjà à la tête de la contestation dans les années 1990 lors de la création de Vulcania, dénonce son projet d'extension qu'elle juge illégal.

Puy-de-Dôme Nature Environnement (PDDNE) s'appuie sur un jugement rendu en 1998 par le Conseil d'Etat. A l'époque la plus haute juridiction administrative avait statué que Vulcania pouvait être construit, mais sur une surface de 163 50 m², nous rapporte France Bleu. Les logements devaient être réservés au personnel administratif et devaient respecter l'environnement. 

Frédéric Goullet, directeur commercial, marketing et communication de Vulcania, appelle au dialogue. Tout se fait en concertation avec les différents acteurs travaillant à cette valorisation. Il est nullement question de construire une barre d'hôtel ou quelque chose qui défigurerait le paysage. 

Il rappelle que en 2018 Vulcania a partagé la recette d'un week-end entier pour participer à l'entretien des sentiers. La préservation et la valorisation de l'environnement.

PDDNE compte appeler à la mobilisation des Auvergnats, contre ce projet d'extension qui comprend la construction de quatre bâtiments de 6 étages, de 18 mètres de haut pour faire des attractions (du rafting, un planétarium, une tour Tornade) et des logements pour 240 personnes. 

© 2019 FB

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :