Des montagnes russes de nouvelle génération

© Vekoma

© Vekoma

Le manufacturier néerlandais Vekoma annonçait début d'année 2018 le rachat de 100% de ses actions par le groupe japonnais Sansei Technologies, également propriétaire de l’américain S&S, actif dans le même secteur d’activité.

Vekoma, dont le siège social et les ateliers sont situé à Vlodrop aux Pays-Bas et qui emploie 300 personnes, a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 153 millions d'euros, avec un bénéfice de plus de 9,4 millions d'euros. Une forte progression sur l'année précédente, qui enregistrait un chiffre d'affaires de 61 millions d'euros et un bénéfice de 5,8 millions d'euros.

Beaucoup d'amateurs de montagnes russes ont reproché à Vekoma de produire des attractions médiocres, en partie parce que leurs produits sont considérés comme de la production de masse ou des clones, ce qui est faux. Vekoma offre bien des services de design personnalisé pour les propriétaires de parcs d'attractions, mais ils ne sont pas reconnus par tous sur ce point.

Aujourd'hui, Vekoma conçoit des montagnes russes dite de « nouvelle génération » : nouveaux trains, nouveaux sièges et harnais et nouveaux rails. Une nouvelle gamme, avec notamment les modèles "Space Warp" (Formuła1, Energylandia), "Firestorm" (Vinpearl Land au Vietnam et World Fairytale Land en Chine) et "Bermuda Blitz" (LechCoaster, Legendia), ou bien encore le "ShockWave", dont les premiers exemplaires sont en constructions pour les nouveaux parcs Dragon Valley en Chine et Amikoo au Mexique. Des tracés plus fluides et qui permettent d'apporter un meilleur confort aux passagers à bord.

Le dernier en date, dévoilé il y a quelque jours, c'est le "TopGun", un Launch Coaster à catapulte magnétique (LSM), avec pour particularité d'être équipé de trains courts, de 8 passagers.

L'histoire de Vekoma remonte à 1926. C'est un fils de fermier, Hendrik Op, qui fonde Veldkoning (Roi des Champs) à Vlodrop, aux Pays-Bas. Cette société propose alors des solutions, jugées innovantes, dans le domaine des structures métalliques agricoles.

Forte de son succès, l'entreprise prit le nom en 1948 de Eerste Nederlands Staalploeg en Pompenfabriek (Première usine hollandaise de charrues et de pompes), mais devant le déclin de l'agriculture au début des années 1950, le fils de Hendrik, Gerard Op, fit prendre un tournant à l'entreprise.

La société qui s'appellera désormais Machinefrabrieke Vekoma, abréviation de « Veld Koning Machinefabriek », et créera des équipements de plus en plus lourds, tout d'abord à destination des mines, puis pour la pétrochimie.

Il faudra attendre 1967 pour que la société, dans un désir de diversification, tente sa chance dans le divertissement, avec une grande roue d'abord, puis avec des montagnes russes en 1977. La société s'est par la suite concentrée sur ce dernier domaine, abandonnant toute autre activité en 1983. Aujourd'hui, Vekoma est considéré comme le leader mondial du secteur.

© 2018 Laurent Kot

Modèle "TopGun":

© Vekoma
© Vekoma

© Vekoma

Modèle "ShockWave":

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :