Le permis de construire déposé en lieu et place de l’Aqualud refusé, cependant le parc aquatique reste en sursis

© Aqualud

© Aqualud

Le 5 février dernier, le promoteur immobilier Edouard Denis (SAS Sandhill) a déposé un permis de construire pour ériger un « complexe hôtelier » sur les zones cadastrées AC 244, AC 254, AH 25 et AH 258, soit celles du parc aquatique Aqualud au Touquet.

Si le terrain reste propriété de la ville, le groupe de loisirs espagnol Parques Reunidos est titulaire d’un bail emphytéotique et que pour l'heure « rien n’est signé ! ». En août dernier la direction du groupe a rappelé que l'Aqualud n'était pas à vendre et qu son démantèlement pas à l'ordre du jour

Brièvement évoqué en conseil municipal ce lundi 12 février, le maire, Lilyane Lussignol a affirmé être « tombée des nues » en apprenant par hasard le dépôt de ce permis de construire. 

Finalement le permis de construire a été refusé. Cela dit, la ville est favorable à « favorable à la construction d’un hôtel et d’une piscine d’eau de mer en lieu et place de l’actuel Aqualud », nous rapporte Radio 6.

Seulement les choses ne sont pas si simples, le bail de construction du complexe aquatique ne permettant pas une telle opération de démolition-construction.

La ville devrait rencontrer sous peu les dirigeants du groupe espagnol Parques Reunidos, propriétaires de l'Aqualud.

Le parc aquatique ouvert en 1985 au Touquet, dans le Nord-Pas-de-Calais, accueille en moyenne 150 000 visiteurs chaque année et emploie une centaine d’employés.

© 2018 LET / WW

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :