Terrassé par un malaise cardiaque, la famille dépose plainte contre le Puy du Fou pour non-assistance à personne en danger

Le 7 août 2016, Patrick Gâchet, 59 ans, est terrassé par un malaise cardiaque. Sa famille a déposé plainte en dénonçant de graves problèmes de prise en charge médicale au Puy du Fou, le parc à thèmes historiques français. Une information du quotidien Ouest-France.

Venus de Montreuil-Bellay, au sud de Saumur, les Gâchet sont arrivés ce matin-là vers 10 h. En chemin vers l’attraction La Renaissance du château, leur itinéraire s’arrête net à 10 h 30. Patrick Gâchet se plaint de douleur à la poitrine et s‘écroule. 

Les secouristes arrivent finalement sur place, « Ils ont mis énormément de temps à prendre ses constantes », pointe Sylvie Gâchet son épouse au quotidien Ouest-France. L’attraction est fermée. Dix minutes plus tard, l’équipe choisit d’évacuer Patrick Gâchet au centre médical du parc.

Aucun brancard pour redescendre l’escalier. « Il ne pouvait pas marcher, reprend son épouse. Ils l’ont porté en le prenant de chaque côté, sous les épaules. » Puis le patient est installé à l’avant d’une voiturette de golf. « Je me suis mise derrière pour le tenir. Il n’y avait pas de ceinture. » Le véhicule n’emprunte pas de voie réservée aux urgences mais traverse le parc en fendant la foule, marquant des arrêts.

« Avec le secouriste, le médecin est d’abord entré dans l’infirmerie. Puis il est ressorti avec une infirmière pour chercher mon mari, qui est entré dans les locaux à pied. Je me suis dit que ça ne devait pas être si grave. »

Le résultat de l’électrocardiogramme est sans appel, le médecin diagnostique infarctus avec œdème pulmonaire. Patrick Gâchet doit être opéré d’urgence. Le Samu est appelé. « On entendait le bruit du défibrillateur, mon mari s’étouffait. » Une équipe d’urgentistes se présente à 11 h 50, une heure vingt après le début du malaise. Avec un break, sans ambulance de transport. Le décès est constaté à 12 h 50.

La famille s’interroge : « Une douleur thoracique, en principe, on ne prend aucun risque… » Après de nombreux échanges avec les acteurs du drame, elle décide de porter plainte contre le médecin, le parc du Puy du Fou et le Samu pour atteinte involontaire à l’intégrité de la personne et non-assistance à personne en danger. « Une succession d’incohérences. On n’imaginait pas que, dans une telle structure, on puisse être confronté à un tel amateurisme », estime l’avocat de la famille.

Président du parc, Nicolas de Villiers comprend « la peine » de la famille mais rejette les accusations. « La responsabilité du Puy du Fou n’est pas en cause », affirme-t-il. Il dit avoir lui-même épluché « la main courante qui reprend les minutes de l’événement » et dédouane le médecin.

Le centre hospitalier de Vendée va transmettre à la famille la retranscription des conversations entre le médecin et le centre 15. De son côté, le procureur de La Roche-sur-Yon a ouvert une enquête préliminaire confiée à la gendarmerie.

© 2017 OF 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :