La ville de Nîmes planche sur un projet de parc d'attractions

© Nîmes Métropole

© Nîmes Métropole

Dans le sud de la France, un nouveau parc de loisirs à thématique historique sur la civilisation romaine pourrait ouvrir ses portes en 2023 à quelques pas de la future gare TGV de Nîmes Manduel-Redessan. Ce serait l’une des pierres angulaires du projet d’aménagement urbain Magna Porta, porté par la ville de Nîmes, dans le Gard.

Les élus locaux veulent ainsi valoriser l’histoire locale et le patrimoine romain des environs (les arènes de Nîmes, le pont du Gard, la Tour Magne, …) en proposant un site mêlant pédagogie, spectacles vivants, attractions traditionnelles et numériques permettant de se replonger dans l’époque romaine.

Ce nouveau parc de loisirs sur la romanité serait exploité par un opérateur privé selon le montage financier imaginé, pourrait accueillir plus de 500 000 visiteurs sur 50 hectares dès sa première année d’activité, pour un investissement initial de 50 à 70 millions d’euros (essentiellement privé).

L'idée est de créer des attractions en fonction des demandes des investisseurs. L'originalité du parc est de mêler culture et loisirs, à l'instar du Puy-du-Fou.

Une fonction hôtelière, avec des restaurants et des bains romains par exemple, pourrait parachever le projet. Selon Nîmes Métropole, ce parc de loisirs viendrait compléter l'offre touristique. Il contribuerait à créer des emplois parmi les 3 000 prévus sur le projet Magna Porta.

Selon le quotidien Midi Libre, le groupe de loisirs français Compagnie des Alpes (Parc Astérix, Futuroscope, Walibi, Musée Grévin, ... ) serait intéressé.

A moyen terme, les porteurs du projet ambitionnent de faire du Parc de la Romanité une référence à l’échelle française et européenne. Ils misent notamment sur un thème porteur et inédit en Europe et l’accessibilité du site, relié à la future gare par une passerelle piétonne et proche des autoroutes A9 et A54 et de l’aéroport de Nîmes-Garons.

Le projet n’en est qu’à ses balbutiements, les élus locaux continuent de réfléchir en utilisant les études de marché et de faisabilité réalisées par le cabinet Horwarth HTL pour le compte de Nîmes Métropole. La délibération sera mise aux votes le 4 décembre, lors du prochain conseil d'agglomération. 

© 2017 WW / MD

© Nîmes Métropole
© Nîmes Métropole
© Nîmes Métropole

© Nîmes Métropole

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :