Energylandia a de l'ambition, beaucoup d'ambition ! 

© Energylandia

© Energylandia

Implanté en rase campagne au milieu de nulle part sur un terrain de 26 hectares, Energylandia c’est le tout jeune nouveau parc d’attractions ouvert en 2014 à Zator en Pologne, à moins d’une demi-heure de route entre Katowice et Cracovie. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci a de l’ambition, beaucoup d’ambition !

C’est un peu moins d’une vingtaine de nouvelles attractions que le parc polonais a ouvert cette année et attend l’année prochaine, ni plus ni moins, que le plus rapide Mega-Coaster d’Europe. Tel un ogre, Energylandia ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, avec des projets plein les cartons. 

L'année 2018 est aussi marquée par l'ouverture depuis le 2 avril de Speed, le Water Coaster Intamin d'une hauteur de 60 mètres  initialement prévu pour 2017 dont la vitesse des embarcations peut atteindre les 110 hm/h lors de la chute principale, mais aussi par l'inauguration du parc aquatique, Energylandia Water Park.

Energylandia souhaite aussi disposer de sa propre offre hôtelière, avec en 2019-2020 un complexe quatre étoiles à thème vénitien de 120 chambres et suites pour une capacité de 530 lits. La partie centrale du complexe sera sous une grande verrière pour créer un patio confortable avec cafés, restaurants, boutiques, une salle de conférence de 456 places et un SPA.

Le parc a également officiellement annoncé avoir lancé ses appels d’offres pour 3 nouveaux grands huit à l'horizon 2020 et pas des moindres ! 

Avec au programme un impressionnant Mega Wooden Coaster à inversions hybride (RMC I-Box), dans la veine de Steel Vengeance à Cedar Point. Il serait la montagne russe en bois la plus haute au monde avec une hauteur de plus de 60 mètres, pour une longueur de 1 300 mètres. Mais aussi un Multi Launch Water Coaster à inversions de 1 000 mètres et un Train de la Mine de 1 200 mètres. 

Des projets bourrés de démesure tellement cela semble trop beau. Suivant les offres, le parc devrait se décider au mois de décembre sur le choix des manufacturiers. Reste une petite question substantielle qui ne manque pas d’agiter la toile : où Energylandia peut-il bien trouver les fonds, autre que les subsides européens aux régions, alors que la plupart des grands parcs d’attractions du continent ont du mal à mettre la main au portefeuille pour de tels projets… ? 

© 2017 - 2018 Laurent Kot

Energylandia (Pologne)
Energylandia (Pologne)
Energylandia (Pologne)
© Energylandia

© Energylandia

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :