La Ronde a retiré un des chevaux du grand Carrousel, il contenait une représentation offensante des peuples autochtones

© CBC News

© CBC News

Le parc d'attractions de Montréal La Ronde a retiré un des chevaux de son grand Carrousel, celui-ci contenait une représentation offensante des peuples autochtones, nous rapporte CBC News.

Mercredi dernier, Jessica Hernandez, une résidente de la réserve indienne de Kanhawake au Québec, était à La Ronde avec sa famille. C'est à ce moment qu'elle a aperçu sur un des chevaux du manège un sac dans lequel se trouvait une tête d'homme autochtone.

« Ce n'est pas la représentation que je veux voir, ni d'une personne autochtone, ni d'une personne d'une autre origine. Ce sont des choses qu'on ne devrait pas voir, surtout maintenant », a dit la mère dans une interview à CBC News.

Contactée par CBC News, la directrice des communications de La Ronde, Julie Perron, a confirmé que le parc d'attractions avait déjà retiré le cheval du manège.

« Ce n'était pas notre intention d'offenser nos clients et nous nous assurerons qu'aucun autre symbole du genre se trouve dans notre parc », dit-elle.

Selon Mme Hernandez, le fait qu'une telle représentation des autochtones se soit déjà trouvé sur le manège est déshumanisant. « Ça vient d'une époque où les gens faisaient facilement des blagues sur le cowboys et les Indiens, et on sait bien que, dans l'histoire, la tête d'un Indien valait de l'argent », a affirmé la femme autochtone.

Selon CBC News, plusieurs résidents de Kanhawake avaient formulé des plaintes à cet effet depuis au moins deux ans, mais que La Ronde n'avait pas posé de geste pour remédier à la situation.

De ce côté-ci de l'Atlantique, le parc néerlandais Efteling était ciblé en 2016 par une association, dénonçant deux attractions jugées discriminantes. « Monsieur Cannibale » représente un cannibale noir, avec une cuillère en argent dans le nez, des jambes maigres et un tam-tam. Les visiteurs se placent dans des marmites gravitant autour de lui. Une image pleine de stéréotypes selon l’association. Et « Carnaval Festival », un parcours scénique invitant à découvrir les cultures du monde. Là aussi, l’attraction présente des images caricaturées, d’Asiatiques et d’Africains, jugées racistes.

© 2017 WW / CBC News

© CBC News

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :