Spreepark (Allemagne)
Spreepark (Allemagne)

Depuis le début du mois de février, le célèbre parc d’attractions abandonné de Berlin, Spreepark, est en vente sur le site d'enchères eBay.

Parc d'attractions de l'époque RDA abandonné depuis plus de 12 ans, une surface 29,5 hectares, des attractions en mauvais état totalement hors service, le prix de vente annoncé est de 1,62M€. Situé à l'est de la capitale allemande, Spreepark a ouvert ses portes en 1969. Il s'appelle alors le Kulturpark Plänterwald. Les années 80 seront celles de son âge d'or. A l'époque, il attire jusqu'à 1,7 million de visiteurs par an

Spreepark (Allemagne)

Après la chute du mur, la mairie de la ville confie sa gestion à un forain, Norbert Witte. Il va réaménager le parc, installer de nouvelles attractions et animations. Mais malgré ces nombreux travaux d'aménagement, la fréquentation va baisser petit à petit. Le nombre de visiteurs n'est plus que de 400.000 en 2001.

Cette année-là, la société qui gère le parc est déclarée insolvable. Ses dettes atteignent 11 millions d'euros. Le parc est fermé au public.

Spreepark (Allemagne)

Son gérant part s'installer au Pérou. Il y expédie six des attractions phares du Spreepark et tente de construire un nouveau parc d’attractions. Mais sa tentative échoue.

En 2004, Norbert Witte sera condamné pour trafic de drogue entre l'Amérique du Sud et l'Allemagne. Les autorités ont en effet trouvé 180 kg de cocaïne cachés dans une attraction réexpédiée en direction de l’Allemagne. Un film sera consacré à la vie de l'ex-gérant du Spreepark, « Achterbahn » (Les montagnes russes).

La grande roue rouge du parc berlinois a, elle, servi de décor à plusieurs films d'horreur (« Hanna » en 2011, « Nous sommes la nuit » en 2010). Les attractions décrépites du parc attirent beaucoup d'urban explorers, ces explorateurs urbains qui visitent de façon clandestine des endroits abandonnés.

Spreepark (Allemagne)

Pendant ce temps, les dettes du parc ont continué à augmenter. Aujourd'hui, selon La Gazette de Berlin, elles seraient de 15,5 millions d'euros. De quoi refroidir les investisseurs. Selon le journal berlinois, ils sont plus d’une trentaine à s'être montrés intéressés par le rachat du terrain. Parmi eux, le français Compagnie des Alpes, qui détient plusieurs parcs d'attractions. La municipalité de Berlin interdit en effet une exploitation autre que culturelle.

Il est aujourd’hui possible de visiter le parc abandonné en petit train, remis en état, pour une poignée d’euros. www.berliner-spreepark.de

© 2014 L.K.

Photos: Abandoned Berlin
Photos: Abandoned BerlinPhotos: Abandoned Berlin
Photos: Abandoned BerlinPhotos: Abandoned Berlin

Photos: Abandoned Berlin

Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman
Photos: Tom Bosman

Photos: Tom Bosman

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :